Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
La Citadelle Vauban Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Arbois Voir cette commune...
Commandez les guides en ligne

Écot 25150

Écot
  • Écot
  • Écot
  • Écot
  • Écot

Situation : 10 km au Sud-Ouest de Montbéliard. / Superficie : 1102 / Altitude : 517 / Population : 503 / Nom des habitants : les Escotais
Maire : Alain SYLVANT (Anciens cadres) / Secrétaire : Christelle HUSSER
Tél : 03 81 93 69 48 / Fax : 03 81 93 73 09 / E-mail : mairie.ecot@wanadoo.fr
Permanences : Lundi de 9h à 11h, Mardi et Jeudi de 15h45 à 17h45.
Adresse Mairie : 3, rue des Chênes
Voir tous les élus

Lino PALESTRI, Premier adjoint au maire
Franck HINIGER, Second adjoint au maire
Sébastien BANDELIER
Reynald BITTER
Jean-Louis CORDIER
Mathieu CRISINEL
Jean-Luc FABRE
Sébastien JAECK
Maryline LETONDELLE
Jacques MAUVAIS
Anne-Marie NOEGELEN
Philippe PELTIER
Laetitia RIPOLLES BARBIER
Claudia ROUDIER

Écot est un village ancien puisqu'on y trouve trace d'une église en 1040.
Les résistants de la région s'y regroupèrent en 1944 pour y constituer le maquis d'Ecot qui fut anéanti par l'occupant le 8 juillet (commémoration chaque année en juillet).

En hommage à tous les combattants de l'ombre, le monument de la Résistance comtoise fut érigé à proximité du lieu de l'attaque. Ces évènements, ainsi que la fameuse nuit d'Ecot, du 14 au 15 novembre 1944, sont l'objet de points mémoire reliés entre eux par le «Chemin de la Mémoire et de la Paix». Il est composé de sentiers pédestre, vtt et automobile. Ecot est le poumon vert de l'agglomération montbéliardaise. Des activités de tir et motocross complètent celles des 9 associations du pays allant de la chasse au théâtre».



Personnages remarquables



“Un arbre et un culte”. Autrefois près du village se trouvait un arbre énorme qu’on nommait “le chêne St Blaise”, il abritait une chapelle. Il fut détruit en 1944 ainsi que la chapelle (reconstruite en 1959).
Selon la tradition enfantine : la sage femme allait chercher les nouveaux-nés dans le creux du tronc de l’arbre et pour trouver un mari, les jeunes filles cachaient un morceau d’écorce dans leur poche..