Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Arbois Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Gray Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...
Commandez les guides en ligne

Morre 25660

Morre
  • Morre
  • Morre

Situation : 4 km à l'Est de Besançon. / Superficie : 527 / Altitude : 400 / Population : 1 361 / Nom des habitants : les Morriers
Maire : Jean-Michel CAYUELA (Anciens cadres de l'automobile) / Secrétaire : Marie Lorenza LEFRANC
Tél : 03 81 81 25 27 / E-mail : mairiedemorre@wanadoo.fr
Site internet : http://morre-village.fr
Permanences : du Lundi au Samedi de 10h00-12h00
Adresse Mairie : 16 rue de Saint-FORT
Voir tous les élus

Gilles BOUDAY, Premier adjoint au maire
Martine CARTIER, Second adjoint au maire
Fabrice MERCIER, Troisième adjoint au maire
Agnès LEPLAT, Quatrième adjoint au maire
Emmanuelle BARDEY
Clotilde BOILLON
Hervé DROZ VINCENT
Carole FOUQUET
Catherine GRAND
Michel JANNIN
Philippe LUSSAGNET
Nicolas PERRARD
Hervé PONT
Brigitte ROY

Aux portes de Besançon, sur la route qui la relie à Pontarlier et à la Suisse, Morre est un village étendu et vallonné, havre de paix qui regarde la Citadelle bisontine. De nombreux chemins pédestres, souvent escarpés et intégrés dans les GR59 et 595, permettent des promenades agréables et vous conduisent à divers points de vue sur Besançon, à la Chapelle des Buis, aux grottes du Chanot, au gouffre de Minuit ou au Val de l'Enfer, site classé.

Commune traversée par la voie Romaine, vous en découvrirez encore des vestiges aujourd'hui.

Après avoir franchi le tunnel du Trou au Loup qui fut de tout temps un point stratégique de défense de la ville de Besançon (un monument y est érigé, qui rappelle la bravoure des soldats français le 18/06/40), vous arrivez aux Marais où vous trouvez une flore et faune intenses.

Les coteaux de Morre ont été longtemps couverts de vignes et actuellement 4 jeunes agriculteurs exploitent les terres agricoles. Une entreprise fabrique des pièces et des prototypes, dans un cadre bucolique (voir reportage). Le sous-sol géologique varié constitue un terrain d'études remarquable (affleurements d'argilite, schistes bitumineux, etc...).

Il existe un club d'animations sportives et culturelles et diverses animations sont proposées : gym, foot, tennis de table, tennis, cours de peinture, travaux manuels, danse, etc...



Personnages remarquables


Jean Victor CORBET
Né le 27 Vendémiaire de l’an VIII de la « République, une et indivisible » (18 octobre 1799) à Bolandoz, canton d’Amancey, à 3 heures du matin, fils de Jean-Georges Corbet, cultivateur et de Marie-Joseph Demontrond. Il fait ses « humanités » à Besançon, se consacre à la médecine et devient interne à l’hôpital Saint Jacques.
Devenu un chirurgien reconnu, il fut l’un des premiers au monde à expérimenter l’anesthésie à l’éther pour les opérations chirurgicales.
Il demeura à Montfaucon, au lieu-dit « La Charade » avec sa première épouse, Marie-Hélène Chavalet qui décède le 5 février 1857 à Besançon. Il se remarie à Sophie-Théoline Allegre, originaire de Soulac, en Gironde.
En son honneur, l'hôpital de Besançon lui consacra un musée “ le Musée de l’anesthésie ” grâce à l’influence de Monsieur et Madame Neidhart, médecins-chirurgiens en retraite habitant à Montfaucon. Ceux-ci, après avoir fait des recherches historiques sur la vie de Jean-Victor Corbet, ont découvert sa tombe, au cimetière de Morre, où il est inhumé avec ses deux épouses.
La tombe livrée à elle-même, envahie par les herbes, a été restaurée par le maire, deux élus et les employés communaux, quelques jours avant la Toussaint. On peut la trouver au centre droit du cimetière, c’est devenu un très beau monument, composé de trois imposantes pierres tombales, moulurées et gravées aux noms et dates du décès du chirurgien (le 24 Août 1861) et ses épouses.
Monsieur et Madame Neidhart furent invités par la commune à redécouvrir cette sépulture fleurie et rénovée pour rendre un bel hommage à cet “homme remarquable” trop ignoré jusqu’à ce jour.
La visite se poursuivit au lotissement “ le Parousot ” où une plaque provisoire fut dévoilée “ Rue Jean Victor Corbet ”.