Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Gray Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...
Commandez les guides en ligne

Arc-sous-Cicon 25520

Arc-sous-Cicon
  • Arc-sous-Cicon
  • Arc-sous-Cicon
  • Arc-sous-Cicon

Situation : 20 km Nord de Pontarlier / Superficie : 2849 / Altitude : 780 / Population : 665 / Nom des habitants : Les Arquillons
Maire : Benoit VIENNET (Professeurs, professions scientifiques) / Secrétaire : Laëtitia VIENNET
Tél : 03 81 69 90 54 / Fax : 03 81 69 90 54 / E-mail : mairie.arc.sous.cicon@orange.fr
Site internet : http://www.arc-sous-cicon.fr/
Permanences : L, Ma, 13h30 à 17h30 - Jeu, Ve, Sa 9h à 12h
Adresse Mairie : 1, place de la Mairie
Voir tous les élus

Olivier BILLOT, Premier adjoint au maire
Christian POURCELOT, Second adjoint au maire
Julien POURCELOT, Troisième adjoint au maire
Arnaud BULLY
Véronique CHOGNARD
Christelle CLEMENT
Clovis DHOTE
Adeline FAIVRE
Guillaume FEILLET
Pierre JOUILLEROT
Corinne LOMBERGET
Chloe MONNOT
Linda ROBERT
Benoit TOURNIER

Station de ski de fond proche de Besançon.

Le village est situé dans une cuvette fertile entourée par deux chaînes des monts Jura, couvertes de forêts de sapins et de pâturages. Du crêt Moniot, par temps clair, on aperçoit le Mont Blanc et une grande partie des Alpes Bernoises avec leurs neiges éternelles. Des tables d'orientation expliquent le panorama aux visiteurs. Un sentier d'interprétation communique sur le site, le paysage qu'il offre et aussi le patrimoine culturel et naturel de l'ensemble du territoire.

En effet, le crêt Moniot offre un panorama de 360° et bénéficie à ce titre, d'une lecture de paysage exceptionnelle. Non loin de là à un kilomètre vers le sud, on trouve dans les excavations deux glacières naturelles dont l'une est très accessible et renferme de la neige et de la glace en toute saison.Arc-Sous-Cicon, village calme mais néanmoins très dynamique a une vie associative très riche. Une salle d'accueil offre aux skieurs la possibilité de se restaurer après l'effort. Cette salle est aussi très utilisée pour les banquets, réunions ou toute autre manifestation. un nombre important d'entreprises, d'artisans et de commerçants vient compléter ce dynamisme. Deux restaurants au village, La Masure et chez Frédy, une ferme auberge au Crêt Moniot, un camping et des goûters à la ferme : "Le p'tit coin de Paradis", des chambres d'hôtes et de nombreux gîtes complètent ces services pour le plaisir des habitants et des touristes.

Arc-Sous-Cicon, village de caractère a su allier sa tradition rurale (16 exploitations rurales, une fruitière à comté,un pépiniériste) avec un développement de services importants. La création d'une zone artisanale, d'une lotissement de 16 parcelles et ses classes d'école bien remplies (70 élèves de la maternelle au CM2 dans le même village) en sont la preuve. La fête de l'oeuf a lieu au mois de juin, une brocante et une fête foraine se déroulent le ler dimanche d'août.

Personnages remarquables :
Famille Ravier :
Augustin né le 29 mars 1744 à Arc-sous-Cicon, mort en 1811. Greffier de justice, il joue un rôle important sous la Révolution. Président du Directoire du Doubs, il est juge de paix du canton, puis inspecteur général des forêts jusqu’à sa mort.
Jean-Baptiste-Ambroise, fils du précédent, né le 5 mai 1765, fait les campagnes d’Italie et d’Égypte et participe au jugement du duc d’Enghien. Général de Brigade, Baron d’Empire, Commandeur de la Légion d’honneur, il meurt en 1828 à Besançon.

Les frères Vuillemin : Émile, né à Arc en 1822, ingénieur et administrateur des mines d’Aniche, président du Comité des Houillères du Nord, membre de plusieurs sociétés savantes, auteur de multiples publications, comme une étude du bassin houiller du Nord et du Pas de Calais en 3 volumes.

Louis, né à Arc en 1814, décédé en 1883, élève de l’École Centrale des Arts et Manufactures, ingénieur entré au service des Chemins de Fer de l’Est, président du Comité de la Société des Ingénieurs civils en 1870.