Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
La Château de Joux Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune...

Lombard 25440

Lombard
  • Lombard
  • Lombard
  • Lombard

Situation : 4 km de Quingey / Superficie : 592 / Altitude : 295 / Population : 206 / Nom des habitants : les Lombardiens
Maire : Philippe EDME (Retraité Éducation Nationale) / Secrétaire : Lucie Poncet
Tél-Fax : 03 81 63 87 19 / E-mail : mairie.lombard25@orange.fr
Permanences : Lundi de 18h30 à 19h30 et Jeudi de 9h à 12h
Adresse Mairie : 12 Grande rue
Voir tous les élus

Rémi STADELMANN
Philippe CHEVRIER
Sylvie DODY
Patrick PAILLARD
Alain MARTZ
Emmanuel VIENNET
Mathilde CHANET
Claire BERLY
Anne-Claude CHRÉTIEN
Laurent BOILLOT

Lombard «Belle Rive». Le nom du village peut nous révéler son origine (XIIème et XIIIème ). Un moulin appartenant à une veuve Roze a été vendu aux arrières grands-parents de Mme Cornet, une teinturerie ayant alors existé.


Une maison porte le nom 'la foule' parce que, c'était là qu'on foulait les draps de l'armée ; c'était un petit bâtiment en dehors du pont. Puis il y eut un moulin qui a marché peut-être au ralenti en 1914 puis s'est arrêté. Mr Michel a racheté la chute et le bâtiment attenant pour y installer une scierie


En arrivant à Belle-Rive, on découvre une vierge qui a été donnée par la veuve Roze. Il existait aussi à Belle-Rive une chapelle qui était l'église du premier village de Lombard. Au-dessus de la haie, en fin de ce clos, se trouve la «potence», c'est un petit carré où l'on pendait les sorciers. Il existe aussi au village un monument des aviateurs.



Personnages remarquables



Germain Coutteret, né à Lombard le 3 novembre 1912, il entre au séminaire à 12 ans. Le 29 juin 1939, il est ordonné prêtre à la cathédrale de Besançon. Il dit sa première messe à Lombard le 9 juillet. Il est vicaire à Scey-sur-Saône. Il est mobilisé au début de la seconde guerre. Il est nommé curé de Buffard le 1 avril 1941 où son dévouement est déjà reconnu.
En août 1943, pour avoir donné une soutane à un pilote américain abattu, il est pris par la Gestapo. La Butte à Besançon, Compiègne, Fort St Denis, à Paris pour déminer les bombes non explosées, puis c'est le départ pour l'Allemagne aux camps de Neuengamme puis Fallert-Laben. Des rescapés ont témoigné que l'abbé Coutteret a toujours eu le souci d'aider ses collègues d'infortune. Pour eux, avant tout et par dessus tout, il restera le prêtre qui réconforte, qui relève, qui console. La défaite nazie approche. Les prisonniers sont évacués vers l'Est. Six jours, six nuits à 120 par wagon, dans une atmosphère hallucinante, pour aboutir au camp de Wobbelin, qui useront le restant de ses forces. Le 3 mai 1945, les Américains libèrent le camp. Mais usé par tous ses sacrifices pour ses camarades, il décède. En avril 2004, la place du village a reçu le nom de l'abbé Germain Coutteret et une plaque commémorative a été apposée sur sa maison natale