Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Arbois Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune...

Mouthier Haute-Pierre 25920

Mouthier Haute-Pierre
  • Mouthier Haute-Pierre
  • Mouthier Haute-Pierre
  • Mouthier Haute-Pierre

Situation : 15 km au Sud-Est d'Ornans / Superficie : 1213 / Altitude : 440 / Population : 323 / Nom des habitants : les Guillous
Maire : Romuald MAUGAIN (Chef d’entreprise) / Secrétaire : Déborah Gourong et Sylvia Delvoye
Tél : 03 81 60 91 10 / Fax : 03 81 60 98 28 / E-mail : mairie-mouthier-haute-pierre@wanadoo.fr
Site internet : http://mouthier-haute-pierre.fr
Permanences : Lundi-Vendredi de 9h à 12h
Adresse Mairie : 1 place Cesaire Phisalix
Voir tous les élus

Ginette MAUGAIN
Clément LE CORREC
Fabrice HUERTAS
Jérôme DELVOYE
Jonathan LEPAUL
Patrick ROUSSEL
Emmanuelle SOLT
Hubert JUIF
Jacques VIX
Patricia ESPINASSE

Dès les premiers siècles, des religieux fondent le village de Mouthier-Haute-Pierre Ils défrichent, plantent de la vigne et construisent une abbaye qui figure parmi les grandes abbayes des Gaules. Le célèbre Cardinal de Granvelle fit rebâtir à neuf la maison prieurale qui existe encore aujourd'hui.

A Mouthier-Haute-Pierre la célèbre Grotte des Faux-Monnayeurs date de l'époque gallo-romaine. L'église Saint-Laurent (XIIème et XVIème), abrite un mobilier admirable et le vieux pont sur la Loue est très pittoresque.
Il faut admirer les panoramas depuis le Rocher du Moine et la Roche de Haute-Pierre.

Dans la mairie de Mouthier-Haute-Pierre se trouve le petit Musée Phisalix, musée d'histoire naturelle de la faune régionale. Le Docteur Phisalix est à l'origine du vaccin contre le venin.

Le Kirsch : si la vigne a disparu, les cerisiers donnent les fameuses marsottes produisant un kirsch très réputé.

Personnages remarquables

Césaire Phisalix, (1852- 1906). Il fait ses études au petit séminaire d’Ornans, puis au collège catholique de Besançon. Il est reçu docteur à Paris en 1877. Médecin militaire en Tunisie puis en France, il se spécialise dans la zoologie et devient assistant au Museum, c’est là qu’il poursuit des recherches et vers 1890, il met au point le vaccin contre le venin des reptiles et des batraciens qui lui vaut le prix Monthyon. Césaire Phisalix a énormément été aidé par sa femme, une bisontine, devenue médecin, qui a publié un livre en 2 tomes en 1922 sur les animaux venimeux, les venins et les remèdes. Si ce livre a été imprimé par les imprimeries Diéval, 57 rue de Seine, à Paris, c'est probablement parce que son gendre et directeur adjoint, Henri Lambert était également originaire de Mouthier-Haute-Pierre. Comme Phisalix il avait étudié au Petit Séminaire d'Ornans. En 1898, Césaire Phisalix obtient le prix Bréaut pour l’ensemble de ses travaux.