Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...

Soulce-Cernay 25190

Soulce-Cernay
  • Soulce-Cernay
  • Soulce-Cernay
  • Soulce-Cernay

Situation : 10 km de la frontière suisse / Superficie : 855 / Altitude : 398 / Population : 113 / Nom des habitants : les Soulçois
Maire : Olivier BILLEY (Référent créateurs d’entreprises à Pôle Emploi) / Secrétaire : Sylvie Monneret
Tél : 09 62 13 78 27 / Fax : 03 81 96 55 39 / E-mail : mairie-soulcecernay@wanadoo.fr
Permanences : Mardi : 13h30 à 17h30 et Jeudi : 15h à 17h30
Adresse Mairie : Le Bourg
Voir tous les élus

Daniel BEUCLER
Jean-Pierre VIENNET
Michel KLINGUER
Nathalie CURTIL
Robert VETTER
Sandrine FERRY
Valérie PROST
Benoît MASCLET
Damien LAB
Yves MORGANTI

Le nom de la commune trouve son origine à la Source salée et son puits de sel. L’eau s’écoulait sur des fagots ce qui donnait naissance à un liquide saumâtre et fortement salé. Le puits est toujours présent sur la commune.

Situé dans la Vallée du Doubs, le territoire de Soulce-Cernay est ce qu’on appelle chez nous “la pointe de France qui rentre dans la Suisse”. L’église, dédiée à Saint-Laurent, date du XIème avec une nef du XVIIème . Elle est éclairée de nuit.

Soulce-Cernay possède une fontaine en eau récemment rénovée. Terrain de boules, surplombant le Doubs en bordure d’un superbe jardin d’agrément. Traversée par le Doubs (un pont «communal» le surplombe), le village accueille le barrage électrique EDF implanté sur le lac de retenue de Grosbois.

Pêche avec la pisciculture de truites, chasse et GR5. Présence d’un maréchal-ferrant.
Le nouveau pont sur le Doubs refait par la commune, est éclairé par 8 jolis candélabres. Le mur de soutènement à l’entrée du village est refait à l’ancienne.


Personnages remarquables :

L’abbé Laurent Valzer, né le 29 juillet 1808, fils de laboureur, fait sa rhétorique au séminaire d’Ornans (1826-27) puis une année de philosophie à École, il partage le 2ème prix de dissertation avec Victor Mauvais (1809-1854) astronome et député du Doubs. Il débute en 1828 au séminaire de théologie de la rue Mégevand, en 1831 il est ordonné prêtre par Mgr de Chamon qui remplaçait le cardinal archevêque de Besançon François-Auguste, duc de Rohan-Chabot, exilé à Rome. Après trois ans à Monbenoît, il est en 1834 à la cure de Grandfontaine. Il préside le groupement de 7 jeunes filles qui veulent devenir “gardes-malades”. Ce fut le début de l’actuelle congrégation des Saints Noms de Jésus et de Marie “les Sœurs Bleues de la Marne” dont la Maison-Mère est à Montferrand-le-Château.
Il meurt à Grandfontaine le 5 mars 1883.