Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...

Bouclans 25360

Bouclans
  • Bouclans
  • Bouclans
  • Bouclans

Situation : 19 Km Est de Besançon / Superficie : 2140 / Altitude : 433 / Population : 994 / Nom des habitants : les Bouclanais
Maire : Bruno LECLERT (Assureur)
Tél : 03 81 55 20 19 / Fax : 03 81 63 01 03 / E-mail : mairie.bouclans@wanadoo.fr
Site internet : http://bouclans.fr/
Permanences : Mardi de 8h30 à 12h, Vendredi de 8h30 à 12h et 16h à 17h30 et Samedi de 9h à 12h
Adresse Mairie : 1 place Edouard Clerc
Voir tous les élus

Claudine BAUD PILLOT
Paul PIQUARD
Olivier BOSSY
Jean-Marie ISABEY
Bruno FAURIE
Cécile PAPILLON
Michel BELOT
Elise FLEURY
Gino MICHEL
Martine CUCHEROUSSET
Emmanuel ROUSSELOT
Annie RENAUD
Magali SILVANA MANDES
Xavier FERNIOT

Hydrographie : le Gour, ruisseau qui prend sa source sur le versant Nord-Est du village de Bouclans et fait le bonheur des pêcheurs à la truite. Principale source : 'Les Parts Damoisey' qui alimentait Bouclans depuis 1892, sert encore pour l'agriculture, depuis l'adhésion de la commune de Bouclans au syndicat de la Haute Loue.

Sources secondaires: 'Fontaine de Fol', 'Guisin', 'Père Noël' et 'Fontenotte'. On trouve : un groupe scolaire qui peut accueillir 150 élèves, une nouvelle gendarmerie et un espace culturel et commercial.

Le château de Bouclans avec ses deux belles tours (une tour ronde à canonnières et un donjon à cinq pans), protégeait déjà le bourg au XIVème et appartenait à la famille de Bouclans qui le céda en 1487 aux de Lallemand (Jean fut secrétaire de Charles Quint). Après avoir été restaurant puis colonie de vacance, il est devenue propriété privée.


Personnages remarquables :

Jean Lallemand (Dole 1470 - 18 septembre 1560 Bouclans) Fils de Guillaume Lallemand et de Catherine Boudier, Jean Lallemand naît d'une vieille famille comtoise à Dole en 1470. Il commence sa carrière au parlement en 1507, d'abord comme clerc de Louis Barangier, secrétaire de Marguerite d'Autriche, avant d’être lui-même nommé secrétaire de l’archiduchesse le 21 juin 1517. La même année, Lallemand suit Charles Quint en Espagne, au service de Laurent de Gorrevod. Après son élection, Charles Quint le nomme secrétaire en 1520. Il sert également comme inspecteur général du Royaume d'Aragon. Souple, intelligent, Lallemand devient vite influent. Deux ans plus tard, il succède à Jean Hannart en tant que secrétaire « signant en finances », une position importante à laquelle s’ajoute celle de secrétaire du nouveau Conseil d’Etat. Jusqu’en 1528, Lallemand est le premier secrétaire de l’Empereur, qui l'a créé Comte Palatin par diplôme du 9 juillet 1523.
En 1524, il épouse à Burgos Anne, riche héritière de Philippe Hanneton, comte d'Ascot, secrétaire et audiencier de l'Empereur, trésorier de la Toison d'Or, et devient seigneur et baron de Bouclans au Comté de Bourgogne. La fortune de sa femme, jointe aux profits considérables de sa situation officielle, lui permettent d'acheter successivement de nombreuses seigneuries : Montigny, Augerans, Souvans, Belmont-lez-Dole et bien d'autres.
L'empereur ayant remarqué ses qualités de diplomate, il le nomme ambassadeur plénipotentiaire pour le traité de Madrid conclu avec François Ier après la bataille de Pavie, dont Lallemand est le rédacteur et l'un des négociateurs.

Il se retire en Franche-Comté, où il est nommé chanoine de Besançon le 21 janvier 1540. Il passe le restant de sa vie en grand seigneur dans ses châteaux comtois. Grâce à son opulence, il y élève neuf enfants (dont deux seuls ont fait souche masculine), que tiennent à l'envi, sur les fonts du baptême, le cardinal de La Baume, le maréchal de Bourgogne, les seigneurs et dames de la plus haute noblesse, dont l'amitié console l'ancien secrétaire d'Etat de la disgrâce impériale. Ses châteaux de Bouclans, de Belmont, de Montigny, de Vaîte, rebâtis et embellis à grande dépense, lui servent tour à tour de résidence, et il y note, dans un Psautier transformé en livre de raison, les événements de sa famille.
Lallemand meurt en 1560 à Montigny et repose, avec son épouse, sous un magnifique mausolée en marbre (classé aux Monuments Historiques en 1908) dans l'église paroissiale de Bouclans, dont il avait financé la reconstruction de 1537 à 1541.