Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Lac Saint-Point Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Gray Voir cette commune...

Ollans 25640

Ollans
  • Ollans
  • Ollans
  • Ollans
  • Ollans

Situation : 20 km au Nord de Marchaux. / Superficie : 235 / Altitude : 241 / Population : 41 / Nom des habitants : les Ollanais
Maire : Michel LAB (Professeur enseignement artistique) / Secrétaire : Corinne BLANCHET
Tél : 03 81 86 18 76 / E-mail : mairie.ollans@wanadoo.fr
Site internet : http://ollans.blogspot.fr/
Permanences : Lundi de 8h à 13h
Adresse Mairie : 4 chemin Communal
Voir tous les élus

Nicole LEBLANC
Didier HUMBERT
Nicolas HUMBERT
Virginie SAINT-JAL
Frédéric ROY DE LACHAISE
Florence DEFORET

Ollans se situe à la limite du département du Doubs et de la Haute-Saône, sur les bords de l'Ognon. Les premières traces de son existence remontent au XIIIème.

Le château date du XVIIIème, mais il y a des traces de ce monument au XIIIème avec le Seigneur Jean d'Ollans.

Les habitants de notre petite commune peuvent être fiers de leurs ancêtres lointains ou récents, connus ou anonymes qui ont ainsi modelé construit agrémenté et embelli notre village si attachant aujourd’hui.


Marcel Boutterin est né à Ollans le 28 mai 1842. Originaire d’une famille paysanne, il se dirigea sur Besançon pour effectuer ses études artistiques. Lauréat de l’Ecole bisontine des Beaux-arts, ses talents l’amènent vite à la carrière d’architecte. Chargé des affaires du diocèse et des Monuments Historiques du Doubs, il est l’auteur des plans du Grand Hôtel des Bains et de son établissement thermal en 1890, situés en bas de la rue Fontaine Argent à Besançon. Il a dirigé également les chantiers de la restructuration du lycée de jeunes filles, des églises de Montbenoit, Chagey, Valdoie, Malbouhans, Chalonvillars, Beaucourt, des séminaires de Vesoul et Saint-Ferjeux. Dessinateur particulièrement habile, illustrateur et aquarelliste de renom, sollicité et apprécié durant quarante-deux ans par une importante clientèle privée il s’est aussi consacré à l’enseignement de son art. Il reçoit en 1914 la Grande médaille de l’association provinciale des architectes français. Son fils Maurice fut lauréat du Premier Grand Prix de Rome en architecture en 1910.


Charles Derosne né à Besançon le 8 octobre 1839, propriétaire et exploitant du domaine d’Ollans est maître de forges à Larians. Erudit et moderniste, il fut président de la société comtoise d’apiculture et vice-président des sociétés françaises d’apicultures ; il rédige un « Traité d’Apiculture mobiliste » publié en 1891 à Paris par la Librairie agricole. Féru de photographie, il est aussi l’auteur d’un « Traité de photographie pour tous » paru en 1882 chez Gauthier-Villars, et préside la société photographique de la Haute-Saône. Cette passion explique la qualité de ses catalogues, en particulier celui de 1875, illustrés de photographies de ses productions. Il travaille également sur un certain nombre d’autres sujets parmi lesquels figurent les ferments alcooliques, le chauffage des églises, ateliers ou maisons particulières ainsi que les sociétés ouvrières coopératives qu’il a contribué à créer. En 1877, il dépose « un brevet d’invention de 15 ans pour un appareil calorifère à lames rayonnantes ». C’est lui qui apporta le plus de modifications au château. Il y décède subitement le 24 février 1907.


René François Armand Prudhomme, dit Sully Prudhomme (1839-1907) Poète et philosophe. Élu à l'Académie française le 8 décembre 1881. Il reçoit le premier prix Nobel de littérature le 10 décembre 1901. Grand Officier de la Légion d’honneur. Officier des Palmes Académiques. Il est venu en vacances au château chez ses amis Derosne une cinquantaine d’années avant d’acheter une petite maison à Larians en 1889. En 1887, il dédicaça le rucher avec un quatrain à la gloire des abeilles. Son recueil de poèmes « le Bonheur » fut écrit en 1888 au château. Le premier timbre français honorant Sully Prudhomme a été émis les 15 et 16 septembre 2007 avec mention « premier jour » à Ollans.



Ô vous qui transformez sur la fleur éphémère.
Le parfum sans durée en durable saveur
Abeille ! par la ruche et par votre art sauveur
la fuite des printemps nous devient moins amère.


Ollans Septembre 1887 - Sully Prudhomme

Personnages remarquables :

Les habitants de notre petite commune peuvent être fiers de leurs ancêtres lointains ou récents, connus ou anonymes qui ont ainsi modelé, construit, agrémenté et embelli notre village si attachant aujourd’hui.


• Marcel Boutterin est né à Ollans le 28 mai 1842. Originaire d’une famille paysanne, il se dirigea sur Besançon pour effectuer ses études artistiques. Lauréat de l'école bisontine des Beaux-arts, ses talents l’amènent vite à la carrière d’architecte. Chargé des affaires du diocèse et des Monuments Historiques du Doubs, il est l’auteur des plans du Grand Hôtel des Bains et de son établissement thermal en 1890, situés en bas de la rue Fontaine Argent à Besançon. Dessinateur particulièrement habile, illustrateur et aquarelliste de renom, il reçoit en 1914 la Grande médaille de l’association provinciale des architectes français. Son fils Maurice fut lauréat du Premier Grand Prix de Rome en architecture en 1910.



• Charles Derosne né à Besançon le 8 octobre 1839, propriétaire et exploitant du domaine d’Ollans est maître de forges à Larians. Érudit et moderniste, il fut président de la société comtoise d’apiculture et vice-président des sociétés françaises d’apiculture ; il rédige un « Traité d’Apiculture mobiliste » publié en 1891 à Paris par la Librairie agricole. Féru de photographie, il est aussi l’auteur d’un « Traité de photographie pour tous », paru en 1882 chez Gauthier-Villars, et préside la société photographique de la Haute-Saône. Cette passion explique la qualité de ses catalogues, en particulier celui de 1875, illustrés de photographies de ses productions. Il travaille également sur un certain nombre d’autres sujets parmi lesquels figurent les ferments alcooliques, le chauffage des églises, ateliers ou maisons particulières ainsi que les sociétés ouvrières coopératives qu’il a contribué à créer. En 1877, il dépose « un brevet d’invention de 15 ans pour un appareil calorifère à lames rayonnantes ». C’est lui qui apporta le plus de modifications au château. Il y décède subitement le 24 février 1907.