Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Champagney Haute-Saône Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...

Placey 25170

Placey
  • Placey
  • Placey
  • Placey

Situation : 2 km au Sud-Ouest d'Audeux. / Superficie : 256 / Altitude : 257 / Population : 192 / Nom des habitants : les Placéens
Maire : Frédéric REIGNEY (Infirmier perfusioniste) / Secrétaire : Françoise MAIRE
Tél-Fax : 03 81 58 14 28 / E-mail : mairie.placey@wanadoo.fr
Permanences : Vendredi de 15h à 18h
Adresse Mairie : 10 rue du Centre
Voir tous les élus

Dominique GENDREAU
Christian SAIPREY
Salomé TOITOT
Gérard PERNIN
Roland DROUHARD
Cédric COQUARD
Sylvain PERRUCHE
Cyril MULIN
Gabriel VERDOT-BOURDON
Denis FREZARD

CC : les Rives de l'Ognon

Le patrimoine, de la commune est principalement constitué par sa chapelle dont la construction remonterait au 16e. Elle se dresse dans la partie ancienne du village, au milieu du vieux cimetière.

À voir : la fontaine, située en contrebas
du village, édifiée en 1808 et entièrement
rénovée.



Au Châtelard subsistent quelques vestiges d'une motte féodale, village romain dont les ruines seront prochainement aménagées. Au pied de cette motte passe un chemin qui, selon la tradition locale, serait attribué aux Romains.



Personnages remarquables :

Rencontre le 02/07/09 avec Mr Rémy Drouhard, né le 9 avril 1927 à Placey.
Le 6 septembre 1944, une attaque à la grenade est menée par la 5ème compagnie « Haut les cœurs » des FFI contre un convoi allemand. 28 Allemands sont faits prisonniers. Ces derniers sont emprisonnés le 7 septembre dans plusieurs caves du village de Placey sous la surveillance de 5 volontaires (BEURTHERET, DROUHARD, DEUJEUX, AMIOT et PERRUCHE André). Le 8 septembre 1944, au matin, en représailles à cette attaque, une colonne ennemie fouille les maisons et libère les prisonniers.
Les 5 gardiens des prisonniers allemands parviennent à rejoindre les résistants installés à Serre-les- Sapins. Les habitants de Placey (une trentaine de personnes) sont emprisonnés dans la cave de la maison du Maire, Ernest Toitot. Le lendemain, les Allemands transfèrent les prisonniers dans la cave de l’école.
Plusieurs maisons sont mises à sac et la maison du Maire est entièrement brûlée.
Les soldats allemands s’installent dans l’école avec leurs chiens de garde. Ils décident de se restaurer dans la ferme en face où vit Esther Drouhard.
Le mari et les 2 enfants (Rémy et Gilbert) de cette dernière font partie des prisonniers.
Les soldats allemands l’avertissent qu’ils souhaitent manger du poulet ce midi après leur retour de patrouille. Après leur départ, Esther part demander de l’aide à sa voisine, Nicole Seguin, afin de libérer les habitants de Placey. Elles réussirent, sans savoir comment, à ouvrir la porte de la cave fermée par des madriers en forme de croix de Saint André et ainsi à libérer les prisonniers. Ces derniers s’enfuient de toutes parts sous le feu nourri des armes automatiques des Allemands revenus de patrouille.
Un seul prisonnier fut repris par les Allemands, Louis Beurtheret. Il fut libéré peu de temps après par les chars américains venus prêter main forte aux habitants de Placey. Sans le courage et la bravoure de ces deux femmes, Placey aurait pu connaitre une fin tragique.
La vierge à l’entrée du village a été érigée à cette époque pour la remercier d’avoir préservé les vies humaines et le village. Le socle de ce monument a été fait par un prisonnier allemand après la guerre qui devint l’ami de Mr Louis Drouhard qui n’était autre que le mari d’Esther.
(La morale de cette histoire est que les Placéens sont peu rancuniers !) Texte de Salomé TOITOT.