Le portail des communes de Franche-Comté
Lac Saint-Point Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Gray Voir cette commune...

Moncley 25170

Moncley
  • Moncley
  • Moncley
  • Moncley

Situation : 17 km au Nord-Ouest de Besançon. / Superficie : 792 / Altitude : 218 / Population : 330 / Nom des habitants : les Monclalées et Monclalés
Maire : Patrick MEUTELET (Retraité) / Secrétaire : Nathalie CAILLET
Tél-Fax : 03 81 58 02 42 / E-mail : mairie.moncley@wanadoo.fr
Permanences : Mardi - Vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30 et Samedi (élus) de 10h à 12h
Adresse Mairie : 3 place de l'Église
Voir tous les élus

Dominique CARREZ
Philippe JACQUINOT
Petra FRITZ
Johanne DEVILLERS
Bernard VINCENT
Denis ROUGE
Gilles JACQUEMAI
Hubert BOUCHATON
Jean-Pierre KAO
Simone ANDRÉ

  Installé dans la vallée de l'Ognon, Moncley est voisin du département de la Haute-Saône, la rivière constituant la frontière naturelle.
L'église classique date de 1771 et a été restaurée au 19e. On peut voir aussi une fontaine-abreuvoir-lavoir couverte, reconstruite en 1839. La première mention des forges de Moncley date de 1584.
Grâce à sa surface boisée, de nombreux sentiers pédestres et des parcours vtt sont très appréciés. La Route Historique des Monts et Merveilles de Franche-Comté passe par le château de Moncley.



  Le château de Moncley est en Franche-Comté le témoignage le plus étincelant des derniers fastes de l'Ancien régime. Il fut commandé en 1778 par le marquis Terrier de Santans, premier président du Parlement de Besançon. Dans la capitale régionale, Claude-Nicolas Ledoux et son élève Claude-Alexandre Bertrand venaient d'achever la construction du théâtre. C'est à Bertrand qu'est demandé le plan d'un édifice de prestige, pensé dans les canons de l'époque qui déclinent à la fois les goûts de l'aristocratie sous Louis XVI et l'influence des Lumières : classicisme des équilibres, réminiscences antiques, ordonnancement en majesté, lignes pures et parfaite symétrie.A Moncley au-delà de l'entrée solennelle à fronton et colonnes, le vaste vestibule, qui s'exhausse sur deux étages, à la galerie posée sur chapiteaux corinthiens, ouvre sur un salon en rotonde dont les colonnades sont à la pointe de la mode du temps.


   Le marquis de Moncley voulait ouvrir une allée, qui devait mener de la porte du château jusqu'à Besançon. Elle ne vit jamais le jour : la Révolution secoua si fort l'ordre ancien que les Terrier durent prendre la route de l'émigration. Mais le château était achevé; aujourd'hui propriété de Marie-Calixe Bordeaux-Groult, c'est un bijou du patrimoine architectural.A Moncley les bâtiments, mais aussi le mobilier dessiné à l'époque, les jardins et même le potager, tout est classé monument historique.
C'est l'office de tourisme de Besançon qui organise des visites d'été, selon un calendrier élaboré chaque année. Se renseigner au 03 81 80 92 55.

Personnages remarquables :

Quelques personnalités ont marqué la vie du village au 20ème siècle : le docteur Platey, qui fut maire de 1908 à 1935; Alexandre Grosjean, qui dirigea entre les deux guerres avec sa femme la fromagerie de Moncley ; l’abbé Paul Sandoz dans les années 1960-1980.
Cinq personnalités de Moncley ont atteint la notoriété nationale : François Félix de Terrier-Santans, dernier seigneur de Moncley, fit construire en 1780-1790 par l’architecte Bertrand le très beau château néo-classique, demeuré heureusement intact. Il était l’un des dirigeants du Parlement de Besançon.

Son fils, Charles-Suzanne, fut, sous la Restauration, maire de Besançon et député. Il relança les forges de Moncley, qui disparurent peu après sa mort survenue en 1832. Le dernier châtelain, Pierre Bordeaux-Groult, né en 1916, décédé en 2007 à Paris : homme d’affaires, fondateur du Comité d’action pour l’Union européenne, il contribua de façon importante au rapprochement franco-allemand après la Seconde Guerre mondiale…
Jean-Marie Bressand, journaliste honoraire, fondateur du monde bilingue et de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées, a été proposé pour le prix Nobel de la Paix. Ayant passé ses vacances, adolescent à Moncley, son grand regret est de n’avoir pu s’y retirer pour rédiger ses mémoires.

Enfin, de nos jours, un résident secondaire, né à Besançon en 1936, travaillant à Paris, mais très attaché à Moncley, illustre le nom du village : il s’agit du dessinateur Jean Kerleroux, collaborateur du Canard enchaîné depuis 35 ans, et l’un des meilleurs dessinateurs français de ce temps. Il peut s’adonner à Moncley à son violon d’Ingres : les arbres.

   Avec ces quelques personnages qui ont marqué l’histoire, n’oublions pas nos paysans qui ont façonné notre environnement : les fermes comtoises dans lesquelles ils pratiquaient l’élevage ont été transformées en maison d’habitation et témoignent de notre passé rural. Leurs noms sont gravés dans la pierre, dans le cimetière autour de notre église où ils se retrouvaient le dimanche avant d’aller «taper» la belote au café désormais fermé. Citons les plus connus : René Bez, Bernard Malcuit, Joseph Leszczynski, Bébert Paillard, Lucien et Louis Bulle… Que sont leurs troupeaux devenus ?