Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
La Château de Joux Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune...

Montbéliard 25200

Montbéliard
  • Montbéliard
  • Montbéliard
  • Montbéliard
  • Montbéliard
  • Montbéliard

Situation : Sous-Préfecture Chef-lieu d'arrondissement de 13 cantons Ville centre de la Communauté d'Agglomération du Pays de Montbéliard / Superficie : 1500 / Altitude : 352 / Population : 26 294 / Nom des habitants : les Montbéliardais
Maire : Marie-Noëlle BIGUINET (Assistantes sociales)
Tél : 03 81 99 22 00 / Fax : 03 81 99 22 64 / E-mail : communication@montbeliard.com
Site internet : http://www.montbeliard.fr
Permanences : Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30 - Perm état civil : Samedi de 9h à 12h
Adresse Mairie : Rue de l'Hôtel-de-Ville - BP 95287
Voir tous les élus

Jean-Claude PASSIER
Michèle PANISSET
Alexandre GAUTHIER
Annick AMBERT
Philippe DUVERNOY
Lucie JEANBLANC
Philippe TISSOT
Ghénia BENSAOU
Jean-Marie AVELINE
Léopoldine ROUDET
Marcel BONNOT
Virginie CHAVEY
François NIGGLI
Hélène HENRIET
Karim DJILALI
Patricia LHOMME
Christophe FROPPIER
Jacqueline LEVEL
Philippe BRUYERE
Madeleine PEDUZZI
Louis CUENIN
Gisèle CUCHET
Abderrahim EZZAHAR
Sophie GUILLAUME
Gilles MAILLARD
Francine GONAND
Jacques HÉLIAS
Myriam CHIAPPA-KIGER
Eric LANÇON
Martine CHENUS MARTHEY
Roger CEGLINSKI
Sophie MONTEL
Roland HAMITOU
Ilker CIFTCI

Montbéliard aujourd'hui
Montbéliard est la ville centre d'une agglomération de plus de 120 000 habitants
(25 % de la population du département). Avec la principale usine de la filière Peugeot implantée à Montbéliard, le Pays de Montbéliard constitue le poumon économique de la Franche-Comté. C'est également depuis 1990, une ville universitaire.

Résolument tournée vers la qualité de vie, Montbéliard est une ville où il fait bon vivre.
À noter : le magasin d'alimentation et d'écoproduits biologiques "Biocoop" (situé dans la cour des Halles)


Expositions, manifestations musicales et autres animations lui donnent une vie culturelle intense et riche. Un cadre de vie fleuri et agréable ainsi qu'un patrimoine original, avec 11 monuments classés dont le château des Ducs de Würtemberg, lui confèrent un cachet tout à fait pittoresque.


Le château des Ducs de Wurtemberg - Le Château et son histoire
Le Château de Montbéliard fut mentionné pour la première fois vers 985. Il occupait un solide rocher assez élevé, dominant le confluent des vallées de l'Allan et de la Lizaine. Probablement vers la fin du XIIIème siècle, un second château fut élevé à l'extrémité du premier. On distingue alors le Vieux Château, qui abritait artisans, serviteurs et cochers dont avait besoin la cour et le Château Neuf, pourvu de belles chambres et d'appartements bien décorés, qui constituait la résidence du comte de Würtemberg et d'Henriette de Montfaucon.

Le château était alors muni d'assez de tours, chemins de ronde, ponts-levis, puits et fontaines pour assurer sa défense.
Les bâtiments furent rénovés au XVème siècle. La tour Frédéric et la tour Henriette s'enrichissent au cours de cette période d'étages supérieurs.

Le château connaît sa principale période d'embellissement sous le règne du duc Frédéric de Würtemberg qui fait appel à des architectes de talent tels que Georg Beer et surtout Heinrich Schickhardt qui construisit notamment en 1597 le logis des gentilshommes qui accueillait bailli et courtisans, puis Claude Flamand à l'époque du prince Jean-Frédéric.
En 1677, le château a souffert de l'invasion française et au XIIIème siècle de l'absence des princes. Le bâtiment principal du Château Neuf menaçant ruine, Anthonus Schrotz entreprit sa reconstruction.

L'ensemble devint bien national sous la révolution, sauf le Thiergarten (réserve d'animaux) qui fut démantelé et vendu. De 1811 à 1813, Strolz, ingénieur des ponts et chaussées, reconstruit sur l'initiative du département du Haut-Rhin, les bâtiments du Vieux Château et plusieurs autres dans la basse cour, afin d'y installer un dépôt de mendicité. C'est finalement l'armée qui occupa les lieux comme hôpital militaire jusqu'après la première guerre mondiale. Elle y fit faire de nombreuses transformations dont l'édification d'une façade à pignon chantourné entre les deux tours du Château Neuf en 1880.

Ce qui restait du jardin fit place à la gare de chemin de fer en 1858.

Aujourd'hui le musée occupe le Château Neuf et s'ouvre par un portail aux motifs sculptés dans le grès rose des Vosges. Une grille en fer forgé, oeuvre de l'artiste Jean Messagier ferme également le porche conduisant à la cour de l'ours. Il renferme une salle d'archéologie gallo-romaine, le muséum Georges Cuvier, un circuit historique et présente chaque année de grandes expositions internationales.

De nombreuses fouilles archéologiques et la restauration d'édifices en ruine vont permettre de développer le circuit historique et de présenter les différentes salles découvertes telles que la cuisine du château avec son four à pain, la salle d'armes, la bibliothèque,... pièces de la tour Henriette et de la tour Frédéric.

Dans la cour de l'ours, les vestiges d'un possible mâchicoulis (galerie de pierre en surplomb au sommet d'un mur fortifié, qui permet le jet de projectiles sur les assaillants) ont été découverts.
Le musée abrite également le Centre de Recherche et de Documentation en paléontologie « Georges Cuvier». Père de la paléontologie scientifique et de l'anatomie comparée, une galerie est déjà consacrée à ses travaux.


Personnages remarquables :
Heinrich Schickhardt (1558-1635) a marqué le visage du Pays de Montbéliard. Grâce à ses grands talents d´architecte, d´urbaniste et d’ingénieur, il intervint dans la plupart des réalisations initiées par le Duc Frédéric de Wurtemberg. Montbéliard doit à Heinrich Schickhardt le collège universitaire, le temple Saint-Martin, la Maison du Bailly, la ferme de la Souaberie, le pont-levis d´influence wurtembergeoise et le quartier de la Neuveville d’influence vénitienne. Il édifia aussi plusieurs ponts, moulins et églises dans différentes communes de la région de Montbéliard.

Frédéric Ier, duc de Wurtemberg et comte de Montbéliard (1558-1608) était un prince humaniste, érudit et ouvert aux nouveautés artistiques. Il se préoccupa du développement de l'agriculture, de l'élevage et du défrichement dans tout le Pays de Montbéliard. Il métamorphosa la ville de Montbéliard (grâce aux talents de l’architecte Schickardt) en aménageant les fortifications, en l'agrandissant (la 'Neuville') et en la dotant de fontaines publiques.

Jean Messagier, peintre abstrait (13/07/1920 – 10/09/1999).
Il inventa 'le Paysagisme Abstrait'. En 1962, il s'installa à Colombier-Fontaine dans un moulin qui devint son lieu de vie et de travail. En 1969, il investit la MALS de Sochaux avec la complicité de son directeur, Yves Deschamp. Il participa aux carnavals de Montbéliard, il inventa le ZNUP (architecture de thermoformages) adoptée par les habitants de la ZUP de la Petite Hollande de Montbéliard.
Il laisse une œuvre pléthorique à laquelle les grands musées du monde rendent un hommage mérité.

Georges Cuvier

Armand Peugeot

Jules-Émile Zingg, artiste peintre paysagiste né à Montbéliard (1882 –1942).
Grand peintre de la vie rurale, il était considéré comme le meilleur peintre paysagiste de sa génération. Jules-Emile Zingg aimait peindre la nature, la vie campagnarde et les petites gens.

Maria Feodorovna (25/10/1759 – 5/11/1828). La princesse Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard prit le nom de Maria Feodorovna (elle fut aussi arfois appelée Maria de Montbéliard) après que le grand duc Paul Petrovitch, (fils de l'illustre Catherine II de Russie) vînt la chercher à Montbéliard pour l’épouser. Elle devint tsarine le 1er novembre 1796 et fut la mère de deux empereurs : Alexandre et Nicolas.