Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
Lac Saint-Point Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... La Citadelle Vauban Voir cette commune... Gray Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...

École-Valentin 25480

École-Valentin
  • École-Valentin
  • École-Valentin
  • École-Valentin

Situation : 6,5 km au Nord-Ouest de Besançon. / Superficie : 324 / Altitude : 290 / Population : 2350 / Nom des habitants : Les Ecovalien(ne)s
Maire : Yves GUYEN (Retraités salariés privés) / Secrétaire : Dorothée GEORGES
Tél : 03 81 53 70 56 / Fax : 03 81 50 80 52 / E-mail : mairie@ecole-valentin.fr
Site internet : http://www.ecole-valentin.fr/
Permanences : L 9h à 11h30 et de 15h30 à 18h30 L, Ma, Me, Ve 15h à 18h30
Adresse Mairie : 3 rue des Grandes Vignes
Voir tous les élus

Georges ROUX (Maire délégué de Valentin)
Brigitte ANDREOSSO
Philippe GUERDER
Patricia PELTIER
Jean-Claude GROSSO
Serge MELIERES
Marianne BEAUPAIN
Carine ESPRIT
Jean-Paul MUSSOT
Nathalie MURON
Florence FLORIN
Jean-Michel DECHOZ
Marie-Laure CHARLES
Christian POURRET
André RACINE
Martine BOUVERET
Guy KASPER
Catherine LOICHEMOL

École-Valentin est le résultat de l'association de deux communes, École (environ 1829 habitants) et Valentin (environ 339), dont chacune a réussi, en dépit d'une urbanisation et d'un développement économique spectaculaires, à garder un caractère spécifique de village.


École-Valentin: à 4 km au N.O. de Besançon, dans un vallon entouré de collines basses, couvert de champs, de vignes et de hameaux, se trouve le petit village d'École-Valentin Il apparaît que la Fontaine Saint Georges est bien le centre historique du village.

Le Château du Saint Esprit, construit de 1557 à 1559, est adossé aux bâtiments de la Mission. Au-dessus de la porte d'entrée on peut voir un blason aux armes du Commandeur du Saint-Esprit «Claude Buffet 1540-1570» qui dirigea, au début du XVIème, l'hôpital de Saint Esprit à Besançon. Le château était donné en baillage de neuf ans à des fermiers. La façade sur la vallée est de style Renaissance, avec une tourelle centrale, une galerie couverte à colonnes s'ouvrant sur les jardins. De grandes cheminées sont encore visibles dans la pièce principale.

Héritière de la Mission de Beaupré, la Mission d'Ecole reprit les propriétés de l'hôpital de Saint Esprit et construisit de nouveau bâtiments vers 1816-1817, sous l'impulsion de l'abbé Bardenet. La Mission comprend de grands bâtiments ordonnés autour d'une vaste cour centrale, fermée d'un côté par une terrasse ornée de rares vases de pierre Louis XV, provenant du château comtois des Choiseul, et de l'autre par la chapelle. Un pensionnat prévu à l'origine comme maison de retraite, accueillit successivement un séminaire de philosophie (1823 à 1836), un orphelinat venu de l'hôpital Saint Jacques (1840 à 1898), le siège de la Croix Rouge, puis de 1905 à 1971 un collège d'enseignement privé tenu par des frères maristes.

La Mission a aussi servi d'abri aux habitants d'Ecole, réfugiés dans la cave voûtée, très solide, lors des combats du 7 au 9 Septembre 1944. Vendus à la société Habitat Franc Comtois, les bâtiments ont fait l'objet depuis les années 1980 d'une rénovation de qualité et d'une mise en valeur économique.

Académie Culinaire du Doubs
34, rue du Vallon
Tél. 03 81 80 03 90
Cette maison bourgeoise dans son parc, dans un bourg des abords de Besançon, on la connaît. C’est là que Jean-François Maire eut son étoile durant vingt ans.

L'Église Saint Georges a été construite sur l'emplacement d'une église plus petite en 1848. Elle est remarquable du fait de son orientation ( le choeur n'est pas à l'Est, contrairement à la tradition, mais au Nord), de sa grille de fer forgé, qui donne accès au vieux cimetière, et de plusieurs tableaux situés dans la nef.

Parmi d'autres sites intéressants, qui contribuent au charme du village, figurent le Bois des Razchênes, avec un certain nombre d'arbres remarquables dont un hêtre rouge peu commun.
La plupart de ces sites sont reliés par un sentier de 8 km de longueur, non encore terminé, qui fait le tour de l'ensemble de la commune d'École-Valentin.
Valentin : en dehors d'un groupe de vieilles demeures élégamment restaurées sur le Chemin du Village qui porte bien son nom, Valentin ne possède aucun de ces éléments qui déterminent le caractère d'un village. La maison Communale de Valentin a été construite alors que Valentin cessait d'être un village indépendant pour s'associer à École le 1er janvier 1973. Valentin, de façon encore plus spectaculaire qu'École, s'est développé au cours de ces 25 dernières années : la limite entre cette commune et Besançon s'estompe progressivement, tandis que de l'autre côté, la zone commerciale se remplit d'établissements nouveaux.

L'économie : petit village agricole jusque dans les années 60, Ecole-Valentin a connu une évolution considérable. Mais la ZAC comprend aussi des restaurants, des hôtels, des garages, des services, des bureaux et de l'industrie légère, plus une aire de transports et stockage. Cette zone de 70 hectares est gérée en commun avec les villages voisins de Châtillon-le-Duc et Miserey-Salines, et représente une contribution importante au budget communal.

Le charme de ce petit village reste à découvrir, de préférence à pied ou à vélo pour retrouver les vestiges d'un ancien chemin de fer à voie étroite, pour goûter au silence du Chemin de la Forêt. «Soyez les bienvenus»...

Personnages remarquables

À l’occasion du 160ème anniversaire de la dédicace de l’église St George, la commune d’École-Valentin a choisi de rendre hommage au père René Guillemin qui fut curé de la paroisse de 1953 à 1984. Né au Bélieu, en 1942, dans une famille de cultivateurs éleveurs, il fut mobilisé en 1939 puis fait prisonnier en Allemagne où il restera en détention jusqu’en 1944. Ordonné prêtre à Besançon en 1946, il fut nommé en 1953 à la Mission diocésaine d’École pour y assumer la charge pastorale de curé. Il y restera 31 ans avant de se retirer à Auxon-Dessous. Il décédera à l’hôpital de Besançon en 1989.
Il a fait don au diocèse d’une maison qu’il avait lui-même reçue en legs. Cette maison est actuellement la maison paroissiale d’École-Valentin. Ceux qui l’ont connu gardent le souvenir d’un homme jovial et engagé qui avait son franc-parler… Nous pourrions presque dire qu’il était «curé de famille» comme il peut y avoir des médecins de famille… Un hommage lui fut rendu lors de son départ le 2 septembre 1984.

À signaler :

sarl PRÉVITALI : Carrelage, Cheminées, Poêles

Angelot-Berche : Couverture, Charpente, Zinguerie, Désamiantage