Le portail des communes de Franche-Comté Recherche
La Citadelle Vauban Voir cette commune... Arbois Voir cette commune... Lac Saint-Point Voir cette commune... Gray Voir cette commune... Champagney Haute-Saône Voir cette commune... La Château de Joux Voir cette commune...

Dannemarie-Sur-Crète 25410

Dannemarie-Sur-Crète
  • Dannemarie-Sur-Crète
  • Dannemarie-Sur-Crète
  • Dannemarie-Sur-Crète

Situation : 10 km à l'Ouest de Besançon et à 4 mn de l'entrée A36 (Besançon Ouest). / Superficie : 406 / Altitude : 290 / Population : 1638
Maire : Gérard GALLIOT (Conservateur en chef du patrimoine) / Secrétaire : Nathalie Pean - Estelle Girardet
Tél : 03 81 58 51 93 / Fax : 03 81 58 65 08 / E-mail : gerard.galliot@dannemariesurcrete.com
Permanences : Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi de 16h à 19h.
Adresse Mairie : 1 bis rue de la Gare
Voir tous les élus

Jean-Claude FORESTIER
Marie-Paule VACHOT
Martine LEOTARD
Jean-Pierre ROSSET
Catherine DEMOLY
Sébastien PERRIN
François RAUSCHER
Patricia GRAND-CHAVIN
Anthony BOURGEOIS
Cristina PROENCA FRADE
Cindy SCHWEHR
Cyril LINDEPERG
Caroline HAYOTTE
Cyril RUAULT


  C'est au 17e qu'on a éprouvé le besoin de 'reconstruire' l'église (de l'ancien bâtiment ont été conservés une partie du transept et les piliers de choeur, surmontés de chapiteaux romans). L'église mérite réellement une visite avec un chemin de croix tout neuf, oeuvre de Martine Planchat et un vitrail, oeuvre de Mr Parot, maître verrier. Le clocher est mis en valeur par un éclairage particulier. De la demeure seigneuriale, il reste la tour carrée du four banal du 14e, reconstruite au 18e : c'est l'imposant château actuel, aux lignes sobres et ouvertures cintrées.

  La 'montée' du village de Dannemarie-sur-Crète donne aux marcheurs, comme aux cyclo-touristes, des joies variées. La vie associative est intense (musique, sports, bibliothèque municipale). La municipalité a investi avec des vestiaires neufs, un terrain de jeux engazonné pour sports à vocation multiple «agor espace» (fabricant), des pistes entourent les terrains. De nombreuses entreprises se sont installées, spécialisées principalement dans la mécanique.

  Le Lycée Agricole GRANVELLE
"Dans un monde où les notions de durée et de distance s'effacent, grâce au progrès des sciences et des techniques, où l'image se substitue à la réalité, l'agriculture reste l'activité humaine qui nous ancre dans le temps et l'espace. Elle est à ce titre un irremplaçable facteur d'équilibre pour nos sociétés industrialisées. Au lycée Granvelle, le terroir est mis en valeur avec une production laitière de plus d'une cinquantaine de vaches montbéliardes, une petite partie de cette production est revendue à la restauration du lycée (par vente directe).

Personnages remarquables

   Un personnage insolite, l’abbé Louis Biu dans son bref mais houleux ministère de 1875 à 1879.
Le destin de cet abbé, né en Haute-Saône en 1825, n’est pas banal. Après un passage au séminaire de Luxeuil jusqu’en rhétorique (1re), il trouve un emploi en 1864 dans une institution parisienne, Notre Dame d’Auteuil, et ensuite dans une étude de notaire à Paris. En 1865, il se rend aux États-Unis (fin de la guerre de Sécession, conquête de l’Ouest).
Ordonné prêtre à 48 ans, à Philadelphie, en 1873, on le retrouve dans des circonstances restées mystérieuses un an après, à Rome d’où il regagne la Franche-Comté.
  Après des péripéties, l’abbé Biu est nommé par Monseigneur Mathieu, archevêque de Besançon, curé de Dannemarie-sur-Crête en 1875 (221 paroissiens). Il succède à l’abbé Delbrassine, mort au presbytère à 44 ans, emporté par la tuberculose. Dès sa nomination, il part en guerre contre les héritiers Tholomier qui ne lui auraient versé que 150 francs sur les 300 promis par un défunt de la famille pour le repos de son âme. Il se retrouve aussi en justice pour 2000 francs prêtés par la femme Seguin quelques années auparavant.
Rapidement, son comportement devient source de divisions dans le village. Le 8 juin 1879, le parti républicain l’emporte aux élections municipales de Dannemarie-sur-Crête. Du haut de sa chaire, l’abbé traite alors les nouveaux conseillers municipaux « d’émeutiers, de valets de bœufs, de paquets de saleté » et leurs filles «de rosses». Il interdit à leurs garçons de faire partie du chœur de chant. C’est la «guerre» au village, le curé de Recologne est enfin désigné par l’archevêque pour vérifier tous les faits qui s’accumulent.
  On reproche aussi à l’abbé Biu de graves lacunes théologiques, en bâclant par exemple certains offices, en baptisant les enfants des villages voisins sans demander à ses confrères, en méconnaissant les formules consacrées et en buvant… immodérément. L’affaire reprise par la presse devient gênante. En l’invitant à perfectionner ses connaissances théologiques, l’abbé sera enfin déplacé et affecté à la paroisse de Roulans.
Sous l’insistance de nombreux paroissiens, Monseigneur Foulon défère la cause à l’Officialité diocésaine (juridiction ecclésiastique) qui le rend à la vie civile «Evasit» le 12 juin 1883. Il est décédé à Saint-Symphorien-de-Raye, à l’âge de 77 ans, le 12 février 1902.

D’après Bernard Olivier, Professeur agrégé honoraire - Bulletin de la Société d’Émulation du Doubs, 2007.

À signaler :

FRAMATEQ : Distribution et réparation de machines TP